Jardin 08

> Mission : Etude et réalisation d'un jardin de ville de 150 m2

> Maîtrise d'ouvrage : Jeannine et Philippe M.

> Localisation : Bordeaux

> Réalisation : Mars-Avril 2009


Monteil-Jardin-101022_01.jpg

MON-Jardin-101002_01.jpg

MON-Jardin 101002 03  MON-Jardin 101002 02

Le jardin en octobre 2010, soit un an et demi après la plantation

 

Diviser pour agrandir

Ce jardin de taille modeste n’est pas minuscule, loin de là. Cependant aujourd’hui, le fait qu’il soit donné à voir en un seul regard met l’espace à nu et le rend plus petit qu’il ne l’est.
Le premier principe est d’enrichir l’espace du jardin en le décomposant en plusieurs parties, ou séquences.
Ces différentes parties n’étant pas immédiatement perseptibles depuis le point d’entrée.
Cela permet d’introduire la notion de parcours et donc de démultiplier l’espace du jardin. Pour voir l’ensemble du jardin il faudra désormais y marcher, s’y promener.
Ce n’est plus le jardin qui vient à vous mais vous qui venez au jardin. D’ailleurs il n’y a plus un seul jardin mais plusieurs.

MON-bande de plantes
Palette végétale partielle


krok2.jpg
Vue depuis l'entrée du jardin qui correspont au sous-sol de la maison

La découverte par le parcours
La démultiplication de l’espace est permise par l’introduction de volumes végétaux qui empêchent le regard de percer le jardin
 de part en part.
Impossible de voir la fontaine, située contre le mur du fond, depuis la terrasse, le bosquet de bambous arrête la vue mais le bruit de l’eau indique sa présence. L’étroitesse du seuil et les pas japonais indiquent la marche à suivre.
Il faut contourner les obstacles pour découvrir. On devine l’existence de la fontaine par le son, on devine la profondeur sans véritablement pouvoir l’évaluer, ce qui, l’imagination aidant, agrandit l’impression d’espace du jardin.

krok1.jpg
Vue depuis la fontaine.

Monteil-plancouleur.jpg
Plan du jardin

Un contraste végétal
Le jardin autour de la terrasse est lumineux, on y trouve beaucoup de graminées qui par la légèreté de leur feuillage et les variations subtiles de couleur composent des volumes mouvants, qui jouent et reflétent les différentes lumières en fonction de la saison et de l’heure.
La partie de la fontaine, dans le fond, dévoile une ambiance plus intime et sombre, les arbustes taillés en boules composent une scène volontairement immobile, seul le bruit régulier de la fontaine rythme ce calme.
Il n’y a pas d’herbe mais de la mousse tapisse le sol ombragé.
Pour passer d’une ambiance à l’autre il y a ce seuil matérialisé par deux grosses pierres plates entourées de galets sur champ. Ce passage étroit entre un bambous noir et un arbre nuage indique que le jardin change.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :